«

»

Maryse Joissains : le mandat de trop

Elle n’a pas pu faire semblant au Conseil de Territoire, réuni le 23 mars…

Seule candidate à la Présidence, Madame Joissains a constaté qu’elle ne réunissait pas, loin s’en faut, la totalité des votes de ses « amis » sur son nom.

Pour le choix des 15 Vice-Présidents, quel carambolage… 25 candidats, des votes pitoyables, des coups de poignards dans le dos… les amis de Madame Joissains se sont montrés sous leur vrai jour : avides de petits pouvoirs et des indemnités qui les accompagnent. Les socialistes, piétinés, contemplaient le spectacles… effondrés !

Au bout de 3 heures de ce charivari, la Présidente, visiblement fatiguée, se trompait de délibérations et omettait la lecture, obligatoire, aux termes de la loi du 31 mars 2015 de la Charte de l’Elu local :

  • 1. L’élu local exerce ses fonctions avec impartialité, diligence, dignité, probité et intégrité.

  • 2. Dans l’exercice de son mandat, l’élu local poursuit le seul intérêt général, à l’exclusion de tout intérêt qui lui soit personnel, directement ou indirectement, ou de tout autre intérêt particulier.

  • 3. L’élu local veille à prévenir ou à faire cesser immédiatement tout conflit d’intérêts. Lorsque ses intérêts personnels sont en cause dans les affaires soumises à l’organe délibérant dont il est membre, l’élu local s’engage à les faire connaître avant le débat et le vote.

  • 4. L’élu local s’engage à ne pas utiliser les ressources et les moyens mis à sa disposition pour l’exercice de son mandat ou de ses fonctions à d’autres fins.

  • 5. Dans l’exercice de ses fonctions, l’élu local s’abstient de prendre des mesures lui accordant un avantage personnel ou professionnel futur après la cessation de son mandat et de ses fonctions.

  • 6. L’élu local participe avec assiduité aux réunions de l’organe délibérant et des instances au sein desquelles il a été désigné.

  • 7. Issu du suffrage universel, l’élu local est et reste responsable de ses actes pour la durée de son mandat devant l’ensemble des citoyens de la collectivité territoriale, à qui il rend compte des actes et décisions pris dans le cadre de ses fonctions.

Beau texte, non ?

Pour ne rater aucun des articles, inscrivez vous : 

Lien Permanent pour cet article : https://democratiepouraix.fr/2016/03/28/maryse-joissains-le-mandat-de-trop/

(1 commentaire)

  1. EL Yagoubi

    Non ! Ce n’est pas le mandat de trop. C’est le silence et la passivité de trop dans cette ville. Cette maire fait bien son travail. Elle est claire, cohérente et courageuse dans sa posture. Elle défend ses intérêts et ceux de son clan depuis longtemps. Elle est irréprochable.
    Le problème majeur c’est la “gauche” d’Aix. Elle n’existe pas. Quand elle existe, elle ne fait rien. Quand elle fait quelque chose elle ne dépasse pas les limites de son discours. Elle est passive, silencieuse, décrédibilisée et médiocre.
    Je pense que vous allez organiser une réunion le 31 mars sur la crise du logement dans cette ville de mensonge. Je vous invite à lire La Provence, le numéro du 14 novembre 2011 pour comprendre et reconnaître votre médiocrité et votre lâcheté toutes et tous. J’ai abandonné mon logement à Aix, coupable d’avoir déposé une dizaine de plaintes contre des prédateurs Français inscrits à l’université de droit, futurs juges délinquants, sous-préfets délinquant et maire délinquants. Une dizaine de plaintes classées par votre justice d’Aix sans suite.

    Je suis content d’avoir quitté cette ville de merde.

    M’hamed EL Yagoubi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>