«

»

Pas vraiment louable l’Urbanisation

Article paru dans “Aix le Mag” #2 – juillet/août 2014.

On nous l’annonce pour incessamment sous peu : le Plan local d’urbanisme nouveau va arriver. Certains diront qu’il était temps vu que le droit des sols est toujours géré par un POS des années 80 aujourd’hui totalement dépassé. Et en effet nous sommes la dernière des communes de plus de 140.000 habitants à ne pas avoir de PLU.
En juillet, le PLU devrait donc être présenté. Quelles seront ses grandes lignes ? Nous pourrions, s’il est conforme au Projet d’aménagement et de développement durable (PADD) qui définit les orientations d’urbanisme et d’aménagement retenues pour l’ensemble de la commune, être rassurés. Rappelons les quatre orientations majeures qui répondent à l’intérêt général :

  1. Conforter une ville de proximité à taille humaine, au service de ses habitants, soucieuse de son cadre de vie, organisée autour du centre urbain et de ses villages.
  2. Développer le rayonnement d’Aix-en-Provence à l’échelle de l’agglomération, nationale et internationale, dans un contexte d’évolution métropolitaine.
  3. Préserver le patrimoine naturel, agricole et urbain, un héritage prestigieux garant de l’identité aixoise.
  4. Modérer la consommation de l’espace et lutter contre l’étalement urbain, pour un développement responsable et économe.

Devrait en découler une priorité donnée au renouvellement urbain, une revitalisation porteuse de mixité sociale du centre-ville, des quartiers, des noyaux villageois, une préservation des terres agricoles et nourricières comme des trames vertes et bleues, riche en biodiversité, une pleine coopération avec l’ensemble des acteurs du territoire métropolitain.

Mais pour ce que nous en savons et en voyons, nous en sommes aux antipodes.

Ce que nous savons des projets de la majorité municipale

Au centre-ville, des bâtiments publics qui pourraient être réhabilités pour intégrer le parc du logement social et partiellement satisfaire les 5.000 demandes de logement HLM en souffrance, sont systématiquement vendus. Les boutiques de luxe et de bouche vampirisent l’espace public quand le commerce de proximité et les marchés périclitent.
En ce qui concerne la production de logements à venir, pour ce que nous en savons, tant le mutisme du premier magistrat a été sur ces sujets particulièrement remarqué lors de la campagne électorale, elle devrait principalement s’appuyer sur la Duranne acte II et la Constance. Avec, selon les déclarations et les variations de notre adjoint à l’urbanisme en jeu entre 5.000 et 8.000 logements pour les deux opérations. Comment dès lors ne pas noter les contradictions flagrantes avec les orientations 1 et 3 du PADD ?

Eloignés de plus de 20 kms du centre-ville, condamnés à la voiture pour tous les actes de la vie quotidienne, les habitants de la Duranne qui se sont lourdement endettés pour accéder à leur logement risquent demain de payer encore plus cher un isolement et un éloignement préjudiciable à tous. Avec 35.000 habitants demain la Duranne devient une ville dans la ville. Comment passera-t-elle l’épreuve du temps ? La paupérisation accélérée des villes nouvelles n’a vraiment rien de rassurant !

Plus vers la ville entre le Jas de Bouffan et la Pioline, la zone de la Constance s’étale sur une centaine d’hectares de terres agricoles, de zones humides et d’espaces naturels. Bornées par deux autoroutes au Nord et à l’Est, ces terres que le PLU voudrait artificialiser constituent un poumon vert et une réserve naturelle. Semées de Bastides, elles présentent, en tant que sites cezanniens, un intérêt patrimonial majeur fondateur d’une identité aixoise que le PADD entend garantir. Dès lors comment accepter leur sacrifice sur l’autel d’un urbanisme extensif digne des années 60 ? Comment oublier, à l’heure de l’agriculture biologique, paysanne et des circuits courts, que les bastides étaient avant tout des systèmes nourriciers qui assuraient l’approvisionnement des Aixois, comme la production de spécialités (amandes, vignes, oliviers) qui ont assuré le renom régional, national et international de notre ville.

Et que dire de l’implantation d’une polyclinique dans le Montaiguet, véritable château d’eau du Sud de la ville, là encore en bétonnant des ex-champs de blé et dans une zone où la thrombose automobile et son cortège de pollution sont maximaux !

Un manque d’ambition flagrant

A l’heure où les grands projets se dessinent, nous ne pouvons que déplorer le manque d’ambition pour un renouvellement urbain profitable à tous, aux habitants actuels comme aux nouveaux arrivants. Une ville plus proche plus humaine, une production de logements, qu’ils soient sociaux ou en accès à la propriété, accélérée, une préservation de notre patrimoine agricole, foncier et naturel, tout cela est parfaitement conciliable. De nombreux urbanistes ont fait des propositions. Nous avons autour de la gare SNCF du centre-ville, dans les quartiers et les villages de véritables opportunités qu’il faut exploiter de manière intelligente.
Oui à une densification harmonieuse, à la création de véritables écoquartiers, à une ville pacifiée et délivrée de la toute puissante automobile ! Nous ajoutons que cette vision des choses est parfaitement compatible avec la production des 1.000 logements / an dont les Aixois-e-s ont besoin.

Mais encore faut-il le vouloir et en avoir le courage politique ! Le temps de la consommation de l’espace sans frein, du bétonnage à outrance, du percement de routes nouvelles devrait, à l’heure de la transition énergétique, être définitivement révolu. Si la majorité n’accepte pas de le voir, nous saurons, avec les comités de quartiers et d’animation, les défenseurs de l’environnement et d’une vision rénovée de la ville, le lui rappeler.

Pour ne rater aucun des articles, inscrivez vous : 

[wysija_form id="3"]

Lien Permanent pour cet article : https://democratiepouraix.fr/2014/07/01/pas-vraiment-louable-lurbanisation/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>