En lenga nòstra

En lenga nòstra : Bòrd qu’aquesta annada celebrem lo centenari de la despartida de Frederic Mistral, premi Nobel de literratura, daissarai la paraula a l’estudiant sestian que fuguet. Comtava e cantava, dins son poema, « Calendau » la festa de Dieu sestiana : «  Souto li colour ciéutadano Que fai vouga la tremountano Dóu Cours intran sus lis andano : Jamai mai, o patrìo ai senti ta cremour » La vila de s’Ais que rendet un omenatge de trilha a (M comme Mistral) a pausat una lausa a l’intrada dau cors ambe lei mòts dau mestre Malhanenc.

Dans notre langue (Occitan/Langue d’Oc) Etant donné que nous célébrons cette année le centenaire de la disparition de Frédéric Mistral, prix Nobel de littérature, je laisserai la parole à l’étudiant aixois qu’il fût. Il comptait et chantait dans son poème Calendal Sous les couleurs de la cité aixoise qui voltigent au vent nous entrons sur les allées du Cours (Mirabeau) mieux que là ô patrie je n’ai jamais senti ta flamme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *