«

Les parcs, les places et les bûcherons

Non, le patrimoine végétal n’est décidément pas une priorité de cette municipalité !

Après avoir vainement tenté un cernage de 23, puis seulement de 9 arbres, la Ville, devant une mobilisation citoyenne et associative massive, devait finalement renoncer à un projet inutile, coûteux et aléatoire. Le cernage, qui consiste à creuser une tranchée autour des racines afin de préparer le prélèvement, est une opération dangereuse pour le végétal qui est coupé de son milieu naturel.

Mais l’action pour préserver le Parc Rambot ne s’arrête pas là. Ce poumon vert de la ville est devenu une Zone à défendre (ZAD) pour tous les Aixois-e-s qui ne se résignent pas à le voir éventré sur plusieurs dizaines de mètres, sacrifié sur l’autel de notre sacrosainte automobile pourtant grande pourvoyeuse de pollution et consommatrice vorace d’espace public.

Pendant ce temps, sur les désormais célèbres 3 Places, les élagages, ou plutôt les “débranchages” sauvages des platanes, qui devaient pourtant faire l’objet de nouvelles expertises et d’un suivi approprié à la tenue des chantiers, sont toujours de mise. De magnifiques arbres centenaires qui auraient pu encore longtemps nous protéger de leur ombrage massif cèdent peu à peu la place à un bien triste univers minéralisé qui, les beaux jours venus, se transformera en un invivable solarium.

Ailleurs dans la ville, quartier des facultés, rue de la Molle, au Jas… les coupes radicales laissent les arbres à l’état de simples troncs interdisant toute possibilité d’avoir de la fraîcheur quand la chaleur sera là. Les coupes sont parfois si sévères qu’on ne peut que s’interroger sur la survie même des végétaux concernés. Enfin si, en réponse à nos interpellations comme à celles des collectifs associatifs, les tailles ont été dernièrement adoucies boulevard Victor-Hugo par exemple, elles restent inappropriées dans leur programmation printanière et encore trop prononcées dans leur application finale.

Le patrimoine végétal, planté par nos anciens, est là pour nous protéger. Le tailler, sauf quand il menace de tomber ou occasionne de réelles gênes, n’est en rien une nécessité ! Nous demandons que cesse immédiatement cette logique de bûcherons tout à fait à l’opposé de la ville durable que nous devons léguer à nos enfants !

Pour ne rater aucun des articles, inscrivez vous : 

Lien Permanent pour cet article : http://democratiepouraix.fr/2017/03/22/les-parcs-les-places-et-les-bucherons/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>