«

»

On ne doit plus mourir sur nos côtes !

Question Orale posée par Hervé GUERRERA
lors du Conseil Municipal du 28 septembre 2015.

La situation humanitaire de milliers de personnes, hommes, femmes, enfants qui fuient les bombes et la dictature ne peut laisser personne indifférent. Notre pays qui a inscrit, comme l’Europe ou les instances internationales, l’asile dans son droit, doit se donner les moyens d’agir. Si la communauté Européenne et les États dont la France ont à présent réagi, et le Président de la République s’est exprimé avec force sur le sujet, il appartient aux collectivités locales de se coordonner avec le niveau central pour concrétiser cet accueil. Notre région l’a fait et propose, en soutien aux collectivités comme aux associations, un cadre d’intervention, doté de 3 Millions d’€, pour accompagner leurs actions.

Notre ville, comme la communauté du Pays d’Aix, sont parties intégrantes de la région et du monde méditerranéen. Et cette mer nous l’avons en partage. Notre solidarité, avec nos voisins, doit donc être sans faille. Nous refusons d’entendre qu’avec les Roms, les Sans-Papiers, ou les SDF la ville aurait pris sa part dans le combat contre la misère. D’abord parce qu’il serait inquiétant et faux de laisser penser à nos concitoyens qu’être accueillant envers les réfugiés c’est ne plus l’être avec d’autres. Et quand bien même. 24000 personnes accueillies sur le territoire français, qui compte, rappelons-le, 36000 communes. En accueillant 3 familles de réfugiés Aix prendra largement sa part !

Alors oui une grande cité comme la nôtre, au sein d’une communauté forte d’un dynamisme économique soutenu doit s’enorgueillir de perpétuer une tradition d’accueil qui dans notre région, plus qu’ailleurs, est séculaire. Elle en a les moyens. Il en va de son honneur que d’en avoir la volonté.

Nous vous demandons, Madame la Maire, de prendre contact avec les services de l’État pour qu’Aix-en-Provence se porte candidate à l’accueil des réfugiés selon des modalités à préciser entre les différents niveaux de l’intervention publique.

Dans cette attente, à la mémoire de toutes celles et ceux qui, en cherchant la paix, la liberté, en voulant vivre tout simplement nous ont quittés, nous vous demandons, Madame la Maire, de bien vouloir faire observer une minute de silence.

Pour ne rater aucun des articles, inscrivez vous : 

Lien Permanent pour cet article : http://democratiepouraix.fr/2015/10/11/on-ne-doit-plus-mourir-sur-nos-cotes/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>