«

»

Un PLU sans vision globale

Intervention d’Hervé GUERRERA lors du Conseil Municipal du 23 juillet 2015

Le défi majeur posé à l’urbanisme aixois c’est de réparer les cassures, les balafres autoroutières qui coupent en quatre notre territoire empêchant ainsi des liaisons apaisées entre les quartiers. Que dit le PLU à ce propos rien, silence radio, en quelque sorte circulez ou d’ailleurs ne circulez pas, j’y reviendrai, il n’y a rien à voir ! Balayé d’un revers de main, sur le seul critère financier, la couverture, l’enterrement, y compris partiel et à des endroits stratégiques n’est pas étudié, même pas envisagé. Pourtant le PLU c’est aussi du temps long. Nous sommes dans une vision prospective de la ville à 2030. Ne pas poser la question du traitement de nos ruptures autoroutières démontre clairement le manque d’ambition, le souffle court dans un temps long de votre plan local d’urbanisme. Probablement un effet de la pollution et de la médiocre qualité de notre air. Nous flirtons régulièrement et sont en cause les trafics routiers et autoroutiers avec les seuils d’alerte relatifs aux niveaux de concentration de substances polluantes dans l’atmosphère. Les impacts sur la santé publique, qui touchent au premier chef les plus fragiles d’entre nous bébé, personnes âgées, insuffisants respiratoires…, les coûts financiers générés se chiffrent en millions d’€. Quelles réponses sont apportées à ces défis dans le PLU, franchement on ne les voit pas.

Votre PLU c’est une suite d’opérations de programmation sans vision globale de la ville, sans véritable liaison entre villages et quartiers. Il s’agit d’urbaniser par ci par là, parfois de préserver c’est vrai mais c’est bien le moins et c’est notoirement insuffisant après le PADD que vous aviez proposé, urbaniser donc sans réellement prendre en compte la forme urbaine de la ville, sans voir comment cette dernière a évolué au cours des dernières décennies, sans appréhender comment elle est appelée à bouger.

Vous ne mettez pas un terme à cet emballement consommateur d’espace, à cette seule logique d’étalement urbain qui vous a amené à développer, à quelques 20 kms du centre historique d’Aix-en-Provence, une ville nouvelle dans laquelle les services, publics comme privés, ont bien du mal à répondre aux besoins de l’habitant. Une ville sans centralité ou si peu, et surtout où les quelques 15 000 – 20 000 habitants, plus de 30 00 demain sont condamnés à la mono mobilité automobile avec des taux de motorisation, grand facteur de pollution, qui ne manqueront, eu égard à l’éloignement et à la démographie des populations dont les enfants voudront s’équiper, pas d’exploser.

Alors je sais vous allez me répondre que 2/3 de vos logements prévisionnels sont positionnés dans des opérations de renouvellement urbain. Chiche ou Youpi allais je trivialement dire ! Mais où, quand, comment, combien les réponses, comme on ne dit pas dans notre belle langue régionale, are « blowing in the wind » et vous illustrez par ces non réponses la puissance du Mistral un des fléaux de la Provence.

Du reste je n’ai rien inventé puisque la commission d’enquête se pose exactement la même question. Je cite « la commission s’interroge sur la fiabilité des données permettant d’avancer que les 2/3 des logements envisagés puissent être réalisés dans le cadre d’opérations de renouvellement urbain » Autrement dit sur vos 900 logements prévus, totalement insuffisants mais Lucien développera ce point, nous n’avons de certitude que sur 300 d’entre eux. Et là commence une opération de magie probablement liée à l’influence des arts du cirque qui ont désormais pignon sur rue dans notre cité.

On pourrait légitimement s’attendre dès lors qu’on ignore où seront localisés les 2/3 du volet logement, un chapitre majeur du plan, à des critiques où des réserves, voire un refus de cautionner, de la part de la commission. Mais au final rien, ren de ren nada, queuchi ! Opération de prestidigitation réussie, puisque votre PLU est validé sans le moindre, j’allais dire état d’âme global, par cette dernière. Et oui sans doute un autre effet collatéral de la puissance de notre « vent terrau » qui balaye tout ce qui pourrait s’opposer à votre logique et à vos choix.

Autre élément et non des moindres Ce PLU a été réalisé en l’absence de documents supra communaux, de type SCOT, PDU et PLH. Cette absence de gouvernance à l’échelle intercommunale est fortement préjudiciable à la cohérence du projet de développement de la ville avec le reste du territoire, notamment en terme de prospectives démographiques, d’emplois et de production de logements.

Ce positionnement de la collectivité a pour conséquence de ne pas participer à l’effort d’accueil à l’échelle métropolitaine, de reporter sur les territoires voisins alpins ou varois, son déficit résidentiel. Là aussi vous contribuez à l’étalement urbain et à l’augmentation des déplacements domicile travail source de pollutions, de dangers sur la santé publique, de perte d’attractivité de notre territoire

Par conséquent, disons-le en terme modéré, la dimension métropolitaine du territoire aixois aurait dû être développée. Et je ne parle pas là d’organisation institutionnelle de la métropole non. J’attire votre attention sur les faits métropolitains qui sont à l’oeuvre, depuis des décennies et qui thrombosent le pays d’Aix. Et ce n’est pas la politique de l’autruche menée depuis des siècles qui a amélioré les choses bien au contraire. Les sinistrés de l’A50, l’A51, du CD 9… l’ont appris à leurs dépens. Et hélas votre PLU ne s’inscrit en rien en rupture
avec cette logique du siècle dernier, logique devenue à l’heure de la conférence climat, la COP 21, et des aléas liés au réchauffement devenue complètement obsolète.

En matière de lutte contre l’étalement urbain, il faut engager un effort supplémentaire de la collectivité en matière de densification. En effet et comme je l’indiquais précédemment, bien que le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) propose une consommation d’espace inférieure aux dix dernières années, cette ambition reste modeste et floue.

Avec une approximation de la consommation des sols qui autorise de passer d’une consommation globale de 450 ha à minima à 600 ha à maxima à l’horizon 2030 cette mesure ne satisfait pas aux exigences du développement durable. La commune a fait le choix d’OAP avec une option minimale, d’autant plus regrettable qu’elles portent sur 523 ha de zones à urbaniser dont 50% consommées sur des terres agricoles ou naturelles.

La Duranne 2, la Constance, le transfert de la polyclinique Rambot dans le Montaiguet au lieu dit les Bornes sont des signaux négatifs. Ces opérations d’étalement sont lourdes en sacrifice de terres arables et dangereuses pour une biodiversité déjà menacée par les précédentes extensions.

En ce qui concerne les formes urbaines, il faudrait définir des densités minimales de construction et dans les secteurs situés à proximité des pôles d’échange, des transports collectifs existants ou programmés. A ce propos arrêtons un instant sur un espace que la SEMEPA elle-même réclame, qu’il fasse l’objet d’une opération d’aménagement. Cette emprise répond, de façon certes partielle mais vraiment significative à la différence réelle et profonde entre les choix de votre majorité et ce que nous aurions fait. Je veux parler ici de la gare SNCF de centre-ville.

Nous avons là une réelle et sans doute la dernière opportunité de faire une grande opération de ZAC. En partant du l’esplanade de l’Arche jusqu’au rectorat nous avons là la possibilité de créer une vraie multimodalité, avec du fer, du bus urbain, de l’inter urbain et de soulager enfin la gare routière du centre-ville dont on voit très clairement les limites et au-dessus de faire une grande et belle opération immobilière.

Notons qu’avec la déclivité naturelle nous partirions en R+4+5 et arriverions en faisant simplement du « tout droit » à du R + 9 et peut être au-delà au niveau du rectorat. Alors je sais vous allez me dire c’est une opération de long terme qui ne répond pas aux besoins immédiats en terme de logements. Mais vous êtes aux manettes depuis 15 ans. Si cette opération n’est pas lancée à l’horizon 2030 c’est 30 ans que nous aurons perdu. Mais un mot pour dire, sur cette opération symbolique, pourquoi nous tenons tant à la densification. Le rapprochement domicile/transports en commun facilite le report modal. Habiter en ville limite les déplacements. Et en cette matière n’oublions pas que, comme pour l’énergie le meilleur kw heure comme le meilleur km c’est celui que nous ne sommes pas contraints à effectuer. Les services publics peuvent irriguer de manière optimale et efficace les coeurs de ville. Et puis regrouper la population c’est aussi la protéger face aux aléas, entre autres climatiques, auquel nous nous sommes déjà confrontés.

Enfin je dirai un mot sur le recensement des éléments patrimoniaux qui n’apparait pas abouti. L’évaluation de la valeur du patrimoine remarquable et son recensement, tel qu’il est présenté, révèlent en effet de très nombreuses omissions dans tous les secteurs de la ville. Quartier par quartier des éléments très précis ont d’ailleurs été remontés dans l’enquête publique à ce propos.

Pour dire un dernier mot mon cher collègue il a été affirmé ici que le vote des aixois de Mars 2014 validaient vos choix d’urbanisme. Cette affirmation oublie mon cher Alexandre que vous avez refusé de traiter du PLU pendant la période électorale. Nous vous l’avions pourtant demandé pour avoir un débat, vision contre vision, débat que Madame le Maire a explicitement refusé.

Bien sûr je fais miennes les interventions d’Edouard & Lucien et pour toutes ces raisons je m’opposerai, avec le pouvoir de la Vice-Présidente de la Région « Provence-Alpes-Côte d’Azur » et par tous les moyens de droit, à commencer par ce vote, à un PLU petit bras qui est, pour des raisons de fond, de forme et d’échelle inappropriée en quelque sorte mort-né.

Pour ne rater aucun des articles, inscrivez vous : 

Lien Permanent pour cet article : http://democratiepouraix.fr/2015/07/27/un-plu-sans-vision-globale/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>